20-08-2015 : Interview : Frédéric MONCANY - En savoir plus
31-03-2014 : Interview Olivier LE NEZET - En savoir plus
05-09-2013 : La nouvelle convention de travail Maritime - En savoir plus
07-11-2012 : Interview Roland JOURDAIN - En savoir plus
25-10-2011 : Les amendements de Manille à la convention STCW 2010 - En savoir plus
12-10-2011 : Interview Alain POMES, Directeur du CEFCM - En savoir plus
BLOG : Formation maritime et demain ...

Interview Olivier LE NEZET
31-03-2014


Vous êtes un acteur connu dans le monde maritime, quel est votre parcours ?

Je suis titulaire des brevets de capitaine 200 capacitaire et de mécanicien 250 kW, du CRO, du certificat de qualification contre l’incendie, du certificat de lutte contre l’incendie, du brevet de patron de petite navigation, du permis hauturier, du BAEERS, … tous obtenus au CEFCM ! où j’ai, par la suite, exercé l’activité de formateur … la boucle était bouclée !
J’ai commencé ma carrière professionnelle de marin pêcheur en embarquant en tant que matelot puis mécanicien et enfin patron. 
Par la suite, je suis devenu président du comité local des pêches maritimes et des élevages marins (CLPMEM) de Lorient-Etel puis, début 2012, président du comité départemental des pêches maritimes et des élevages marin (CDPMEM) du Morbihan et deux mois plus tard président du comité régional des pêches maritimes et des élevages marins (CRPMEM) de Bretagne ; depuis 2013 je suis aussi président de Blue Fish, nouvelle association européenne de promotion de la pêche durable et responsable, qui fédère tous les acteurs de la filière en Europe. 
En octobre 2011 je me suis vu décoré de la médaille de chevalier de l’ordre du mérite maritime par Louis Le Pensec, l’un de mes modèles.
Enfin, je suis membre du Comité consultatif des Régions européennes Nord-Ouest  et du CCR Sud,  du Conseil Economique, Social et Environnemental de Bretagne et je préside la commission « Espèces benthiques et démersales » du Comité National des Pêches Maritimes.
 

Aujourd’hui comment qualifieriez-vous votre métier ?

Mon père, patron pêcheur, m’a initié au métier ; je suis tombé dedans dès mon plus jeune âge ! A tel point que je ne considère pas avoir un « métier » : je vis ma passion.
La mer est aujourd’hui le dernier espace de liberté qui permet d’exercer un métier dans  un réel espace environnemental et ceci même s’il s’agit d’un métier extrêmement règlementé.
Ce métier est porteur d’avenir : les marins pêcheurs sont les agriculteurs de la mer, ils exercent leur activité dans l’esprit de « nourrir », de ramener des produits de qualité. Il faut aussi se souvenir qu’il s’agit d’un métier extrêmement rémunérateur. 
L’un des aspects importants de ce métier, réalité d’hier, d’aujourd’hui et certainement de demain : la solidarité et l’esprit d’équipe.
Les marins-pêcheurs sont aujourd’hui les sentinelles de l’environnement maritime ; il existe dans ce métier une véritable notion de respect de la mer et une pratique de protection durable et responsable de l’environnement. L’équilibre entre la protection de l’environnement et celle des territoires maritimes est fragile d’où l’importance de le préserver sans oublier les milliers d’emplois qui y sont attachés. Le pêcheur est un véritable acteur et garant de la préservation de l’environnement, des ressources, des écosystèmes, …
Il n’y a pas de « sur » ou de « sous » exploitation de la ressources mais une pêche responsable qui nécessite de prendre en compte le pêcheur dans une véritable politique maritime et de l’intégrer dans l’ensemble des démarches scientifiques, politiques, règlementaires, … 

Votre activité consiste à ……………………

Pouvez-vous nous citer vos principales réalisations, des anecdotes, des exemples afin d’expliquer ce que vous faites au plus grand nombre ; ce dont vous êtes le plus fier dans ce que vous avez réalisé ?

Ma plus grande fierté : avoir débuté ma carrière professionnelle comme matelot et d’être aujourd’hui reçu au parlement européen, dans les ministères français, …
D’abord représentant local des pêches puis départemental maintenant régional,  membre du CESER,  président de Blue Fish ;  autant de succès nationaux mais aussi locaux qui me permettent de faire passer les messages à tous les niveaux, de montrer l’évolution de la profession en matière de protection, de matériel, de responsabilités, …
Ma véritable réussite, c’est quand la profession arrive à avoir une véritable ouverture d’esprit, quand elle arrive à diversifier ses activités, quand les marins de différents Etats qui ont les mêmes attentes, les mêmes problèmes, les mêmes souhaits d’avenir, arrivent à se solidariser pour faire avancer les choses en commun.
Le milieu maritime est tellement étendu qu’il permet une très grande diversité de mandats.
Aujourd’hui comme hier ou demain, mon plus grand défi est de réussir à faire en sorte que les politiques de tous pays s’investissent dans le monde de la pêche ; d’arriver à maritimiser les hommes politiques …

Quels sont les modèles, les références, les « grands anciens » qui vous ont servi de repères, vous ont fait rêver, vous ont amené là où vous en êtes aujourd’hui ?

Je n’ai pas un modèle mais des modèles représentant la diversité dans les métiers de la pêche : les anciens dans leur globalité bien sûr et des hommes comme Louis Le Pensec, le Grand Louis, homme politique mais proche des marins et Norbert Métairie, maire de Lorient et marin par procuration. Ces hommes défendent la profession. Il est important d’avoir des élus qui relaient la notion de maritimité. Ces relais nous donnent la possibilité de rebondir dans l’adversité.  
Même si aujourd’hui je ne travaille plus sur un bateau, je garde le même attachement aux métiers de marins et la même conviction, la même envie de structurer ces filières et ces professions.

Quels sont vos principaux objectifs, vos projets pour demain ?

Demain, l’important sera d’avoir des outils dignes de ce nom, compétitifs ; de valoriser les produits plus qu’ils ne le sont aujourd’hui ; de ne pas être dépendant des aléas économiques (carburant, ressources, …).

Mon objectif principal : que l’on arrête de taper sur la pêche, sur la soit disant non-protection des écosystèmes et de l’environnement ; de mettre en place une véritable pêche économique, sociale et politique.
Mon projet pour demain : travailler pour les jeunes générations d’où le pourquoi de mes différents mandats locaux et nationaux.
Je suis là pour défendre un intérêt collectif ; on ne peut arriver à quelque chose que tous ensemble. Une chose est certaine : si demain, toutes les filières, les entreprises, les pêcheurs, les structures, les filières aval, se solidarisent, l’avenir de la pêche est assuré.
C’est au niveau de l’Europe que les choix, qu’ils soient politiques ou économiques, doivent être faits ; la ressource ne connaît pas de frontières ! La commission des affaires européenne s’implique dans la politique de la pêche qui est l’une des seules politiques communes de l'Europe.

Selon vous, quelle est la spécificité du monde maritime français, êtes-vous / sommes-nous reconnus à l’international, comment vous perçoivent / nous perçoivent vos collègues, concurrents internationaux ?

La France dispose de 12 millions de kilomètres carré de côtes. Elle est, en surface de côte, la 2ème puissance mondiale maritime.
Nous possédons un modèle de pêche polyvalent, d’activités maritimes diversifiées. Il faut réussir à passer outre les problèmes de cohabitation entre les différents Etats.
La France est  reconnue  comme  ayant  un  espace  maritime  important  mais  n’est  pas
reconnue pour son potentiel maritime d’où la nécessité impérative d’avoir une politique maritime intégrée.
La France n’a pas une approche de défense ou de développement de la  pêche par méconnaissance de cette filière alors qu’elle a le possibilité de devenir une véritable puissance économique maritime.
Nous ne devons pas entrer dans une logique de concurrence mais au contraire fédérer les Etats européens car tous parlent de la même chose, défendent la même chose ; quand nous sommes dans la difficulté, nous devons être solidaires les uns des autres.

La formation et en particulier la formation continue, qu’apporte-t-elle au monde maritime ? Que vous a-t-elle apportée personnellement si vous en avez bénéficié ?

Je suis membre de la commission formations et enseignements supérieurs au sein du Conseil Régional de Bretagne, donc forcément sensible à tout ce qui touche à la formation !
La formation est un enjeu majeur pour la pêche. Elle permet la transmission du savoir, la préservation de toute une filière, l’exportation des compétences françaises ; sans la formation, un certain nombre de métiers risquent de se perdre.
Il existe deux grands types de formation : les formations adaptées aux besoins des entreprises et les formations permettant la diversification des compétences. J’ai moi-même bénéficié de la formation : elle m’a permis d’exercer ma passion. Avantage de ce métier de marin pêcheur : nous avons la possibilité de venir régulièrement en formation afin de monter en compétences.
Il faut rappeler que les métiers de marins pêcheurs sont des métiers ou l’on gagne très, très bien sa vie ! Ils sont aussi une part non négligeable de l’économie régionale.

Enfin, que peut-on dire aujourd’hui que vous êtes un homme heureux, fier de ce qu’il fait ?

Comme je l’ai dit précédemment, je vis ma passion ; si tel ne devait plus être le cas un jour, j’entamerai une reconversion.
Je suis fier de défendre la filière pêche et que celle-ci soit de plus en plus reconnue ; qu’elle évolue et qu’elle obtienne un pavillon « vert » au lieu d’un pavillon « bleu » !
Je suis un homme pressé ; ceci justifie ma motivation, mon investissement à défendre les intérêts de la filière, à préparer l’avenir dans l’intérêt général en gardant comme ligne de conduite l’honnêteté et la sincérité.

 

Le CEFCM

Les centres
News
Newsletters
En image

Mentions légales

Contact

Tél : 02.98.97.04.37
Fax : 02.98.60.41.13

Formulaire de contact
EMail : info@cefcm.fr

Catalogue de formations

Naviguer
Protéger, alerter, secourir
Construire, réparer, maintenir
Gérer, manager, responsabiliser, commercialiser


Formation sur mesure

Présentation de la formation sur mesure

Vie Maritime

Partenaires
Informations pratiques
Opportunités
Blog
FAQ
Presse

Equilibre Communication
Quimadi
Centre Européen de Formation Continue Maritime, 1 rue des Pins - BP 229 - 29182 CONCARNEAU CEDEX