20-08-2015 : Interview : Frédéric MONCANY - En savoir plus
31-03-2014 : Interview Olivier LE NEZET - En savoir plus
05-09-2013 : La nouvelle convention de travail Maritime - En savoir plus
07-11-2012 : Interview Roland JOURDAIN - En savoir plus
25-10-2011 : Les amendements de Manille à la convention STCW 2010 - En savoir plus
12-10-2011 : Interview Alain POMES, Directeur du CEFCM - En savoir plus
BLOG : Formation maritime et demain ...

Interview Alain POMES, Directeur du CEFCM
12-10-2011


Alain POMES, quelle est la démarche de construction des formations au CEFCM?

Notre démarche, c’est de partir de l’analyse des situations de travail pour concevoir et piloter les dispositifs de formation les plus adaptés. Le monde maritime n’est pas plus difficile ni plus compliqué que les autres secteurs économiques ou industriels. Si ce n’est que, comme dans tous les milieux professionnels, il y a une culture particulière, des caractéristiques techniques particulières, mais il n’est pas plus difficile de plonger dans le monde maritime que dans un autre ! Une des grandes caractéristiques des Français, c’est de passer leur temps à réinventer le monde et des solutions à des problèmes déjà résolus par d’autres. En s’ouvrant un peu plus à ce qui a pu se faire ailleurs, on avance beaucoup plus vite dans la mise en œuvre de solutions.

Le monde de la formation maritime doit s’inspirer de ce qui se fait dans d’autres secteurs d’activité ?

Dans l’univers de la marine de commerce, on retrouve des activités classiques de transport, de fret, de logistique, etc… avec la particularité que ces activités se déroulent avec des bateaux. C’est une activité qui connaît une croissance exponentielle et qui est confrontée, comme les autres, aux questions de rentabilité des équipements et des personnels, de consommation d’énergie, de compétences de tous les acteurs sur l’ensemble de la chaîne. Même chose pour tout ce qui est industrie de transformation, construction, réparation navale, gestion de l’activité portuaire.
Dans le monde de la pêche, la plupart des réflexions partent souvent du produit et de la technique de pêche. Pour la pêche, la vraie question n’est pas « comment on pêche et comment la pêche bretonne ou française est-elle capable de gérer sa ressource ? », c’est, « pourquoi 85% de la consommation française de poisson vient-elle de l’extérieur et que demande le consommateur français ? ». Il est essentiel pour les pêcheurs de découvrir comment fonctionne le monde de la distribution, de la logistique, de la transformation.

Quand on nous demande « Pouvez-vous monter une formation là-dessus », nous répondons « Peut-être. Pourquoi voulez-vous faire ça ? ». On s’aperçoit alors que la question n’est pas toujours bien posée. La principale compétence d’un organisme de formation, c’est d’être capable d’analyser la demande. Le besoin de formation en soi, ça n’existe pas. C’est un besoin à l’intérieur d’une problématique de compétences et de développement.

Est-ce que cette démarche passe bien auprès de vos clients ?

Aujourd’hui, dans le monde maritime, les affaires sont mondiales, les entreprises deviennent mondiales, les équipages sont multiculturels et multinationaux, la formation est basée sur des référentiels identiques dans le monde entier. Et beaucoup l’ont compris.
C’est aussi un des grands changements en cours : nous nous adaptons au rythme de vie des marins. Plus question de les faire revenir à Lorient ou Concarneau et des les immobiliser plusieurs mois en formation. Nous préférons déplacer les formateurs. Et nous allons développer les formations en ligne, comme celle que nous avons créée sur le Document Unique de Prévention. Nous préparons un centre de formation virtuel qui permettra de mieux répondre à des demandes qui viennent d’un peu partout, comme actuellement des DOM TOM, du Maghreb, d’Afrique, d’Asie.

Au-delà des méthodes, est-ce que le contenu des formations évolue ?

Il n’y a plus de formations au catalogue du CFCM. Nous recensons une centaine de thématiques de compétences, mais chaque formation est spécifique et adaptée, en termes de modalités de suivi, aux besoins des entreprises. Sur les contenus, notre préoccupation majeure : faire en sorte que les formations soient les plus polyvalentes, les plus transversales possibles pour permettre aux salariés de changer de fonction, d’activité, voire de domaine professionnel. Le temps de navigation est de plus en court et les marins doivent pouvoir ensuite valoriser ailleurs leurs compétences, dans l’industrie par exemple. Nous nous sommes mis en situation d’anticiper et de gérer ces transferts de compétences plutôt que de les subir.

C’est aussi un élargissement des champs d’activité du CEFCM ?

Notre ambition, c’est vraiment de répondre à toute entreprise du secteur maritime qui manifeste un besoin de formation continue sur lequel elle ne trouve pas pour l’instant de solution de proximité. Cela passera par la création d’un centre de formation continue virtuel en ligne, en langue anglaise qui sera une coopération européenne et diffusera une offre internationale. Notre géographie, elle aussi, s’élargit. Nous avons de nombreux contacts internationaux, plutôt dans des logiques de coopération décentralisée, avec des pays qui sont en train de développer des marines de pêche ou de commerce un peu plus industrialisées qu’autrefois. On nous demande soit d’accompagner la création de centres de formation « clé en main », soit d’assurer du transfert de compétences.

Quel intérêt trouvez-vous à être membre de réseaux nationaux et internationaux ?

Le travail en réseau. C’est ainsi que de plus en plus nous fonctionnons, nous travaillons maintenant sur des produits communs à plusieurs centres de formation. L’ouverture est essentielle, plus question de travailler chacun dans son coin. Nous associons les entreprises, le monde de la recherche et la formation. Jusqu’à présent, c’est une dimension qui a été un peu sous-évaluée mais qui va se développer. Par exemple, aujourd’hui, nous réfléchissons aux problématiques des énergies renouvelables marines, des entreprises se sont positionnées dans ce domaine, nous devons penser à la formation des personnels qui travailleront dans ces entreprises.
Nous nous nourrissons de ce que nous découvrons au sein du monde maritime en termes d’innovations. Et en retour nous allons répondre en termes de produits de formation adaptés. C’est vraiment une logique d’échange et de partenariat qui fonctionne dans les deux sens.

 

Le CEFCM

Les centres
News
Newsletters
En image

Mentions légales

Contact

Tél : 02.98.97.04.37
Fax : 02.98.60.41.13

Formulaire de contact
EMail : info@cefcm.fr

Catalogue de formations

Naviguer
Protéger, alerter, secourir
Construire, réparer, maintenir
Gérer, manager, responsabiliser, commercialiser


Formation sur mesure

Présentation de la formation sur mesure

Vie Maritime

Partenaires
Informations pratiques
Opportunités
Blog
FAQ
Presse

Equilibre Communication
Quimadi
Centre Européen de Formation Continue Maritime, 1 rue des Pins - BP 229 - 29182 CONCARNEAU CEDEX